LE FINANCEMENT D’UNE AIDE TECHNIQUE VISUELLE

LE FINANCEMENT D’UNE AIDE TECHNIQUE VISUELLE

 

Afin de compenser son handicap visuel, la personne malvoyante doit s’orienter vers un choix de matériel optique adapté (loupes, machines à lire, téléagrandisseur…).Toutefois, cela peut entraîner un certain coût qui peut « freiner » l’acquisition de ce matériel.Heureusement, selon certains critères, une prise en charge financière peut être envisagée.

 

Pour les moins de 60 ans :

(Ou jusqu’à 75 ans si le handicap a été reconnu avant l’âge de 60 ans)

 

Le financement des Aides Techniques Visuelles peut être pris en charge, en partie ou intégralement, dans le cadre de l’« Aide Technique » de la Prestation de Compensation du Handicap (PCH).Son attribution est personnalisée. Contactez la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) de votre département pour vous procurer le formulaire de demande ou contactez votre assistante sociale qui pourra vous accompagner dans cette démarche.

L’aide technique est attribué pour l’achat ou la location par la personne handicapée et pour son usage personnel, d’un instrument, un équipement ou un système technique adapté ou spécialement conçu pour compenser une limitation d’activité rencontrée par une personne du fait de son handicap.

 

Conditions :

Les aides techniques attribuables doivent être inscrites dans le plan de compensation et répondre au moins à l'un des objectifs suivants :

  • maintenir ou améliorer l'autonomie de la personne handicapée pour une ou plusieurs activités ; 
  • assurer sa sécurité ; 
  • mettre en œuvre les moyens nécessaires pour faciliter l'intervention des aidants qui l'accompagnent. 

En outre, l'aide technique doit être suffisante et appropriée aux besoins de la personne, compte tenu de ses habitudes et de son environnement. Son usage doit être régulier ou fréquent.

 

Produits pris en charge :

Pour être prise en charge au titre de la prestation de compensation, l'aide technique doit figurer :  

  • dans la liste portée en annexe I-2 de l'arrêté du 28 décembre 2005, 
  • ou dans la liste des produits et prestations remboursables (LPPR) de la sécurité sociale. 

 

Montant : Lorsqu'un dispositif figure dans la liste des produits et prestations remboursables (LPPR) de la sécurité sociale, il se trouve soumis à une prescription médicale. Dans ce cas, la prise en charge au titre de la prestation de compensation porte sur la partie non remboursée par la sécurité sociale. 

Lorsque l'aide technique indiquée dans le plan de compensation ne figure pas dans la LPPR, elle est remboursée à hauteur de 75% de son tarif et dans la limite de 3 960 € sur 3 ans.

Pour toute demande d’Aide Technique, il est nécessaire de fournir 2 devis comparatif.

 

Pour les plus de 60 ans :

La CPAM : Les personnes de plus de 60 ans peuvent bénéficier d’une prise en charge de leur équipement Basse Vision sous condition de ressources. Un imprimé de « Demande de prestations supplémentaires de secours » doit être retiré à la CPAM du bénéficiaire. Le dossier, accompagné de plusieurs pièces justificatives ainsi que d’un devis pour le matériel, sera transmis à la Commission d’attribution des prestations extra-légales qui accorde des aides au financement d’équipement liés au handicap.

Il faut bien sur effectuer la demande avant l’achat du matériel.

Autres : Sachez que d’autres organismes peuvent octroyer des aides exceptionnelles pour l’acquisition d’Aides Techniques, tels que les Mutuelles ou les Caisses de retraite. Pour plus d’informations rapprochez-vous du service social de l’organisme dont vous dépendez.

Quel que soit votre âge, vous pouvez également demander une aide extralégale auprès du Centre Communal d’Action Sociale de votre commune ou auprès du président du Conseil Général.

 

Quelques conseils pour optimiser vos chances :

  • Obtenir une carte d’invalidité auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH – ex-COTOREP).
  • Centraliser les dossiers de demandes auprès de l’assistante sociale du secteur.
  • Prendre rendez-vous avec l’assistante sociale de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie.
  • Mentionner dans tous les courriers l’ensemble des organismes sollicités.
  • Envoyer un document sur le bien–fondé de l’acquisition de l’aide technique souhaitée.
  • Produire le certificat médical d’un ophtalmologiste, accompagné d’une demande d’entente préalable et d’un devis.

Retina France peut vous aider dans vos démarches et peut vous fournir,si besoin, un courrier argumenté pour appuyer votre demande.

Pour plus d’informations,n’hésitez pas à contacter le Service RETINA INFOS en demandant Florence.